10 avril 2019

La place de l’ESS dans la Silver Economie

Aujourd’hui, qu’il s’agisse des services d’aide à la personne dépendante ou d’hébergements sociaux et médico-sociaux ; la majorité sont gérés par des acteurs de l’Economie sociale et solidaire. Il s’agit d’un ensemble de structures telles que des coopératives, des mutuelles, des fondations ou associations. Leur particularité est leur fonctionnement ou leur activité reconnus d’utilité sociale et fondés sur le principe de solidarité. L’implication de l’ESS dans la Silver Economie prend donc du sens. Elle dispose d’ailleurs de nombreux leviers pour développer le secteur du bien-vieillir de manière innovante solidaire.

 

Equipe de travail solidaire

 

 

Le développement d’innovations sociales

Les innovations technologiques dans le domaine du bien-vieillir et du médico-social sont trop souvent déconnectées des besoins des usagers finaux. C’est pour cela que l’on parle parfois d’innovation sociale. “L’innovation sociale consiste à élaborer des réponses nouvelles à des besoins sociaux nouveaux ou mal satisfaits en impliquant la participation et la coopération des acteurs concernés, notamment des utilisateurs et usagers”.

L’ESS a sa place pour développer ce type d’innovation de manière éthique. Elle a pour but de favoriser la prise en compte du bénéficiaire des différents produits et services. Cela permet de remettre l’usager au centre des décisions. C’est par exemple le cas du groupe associatif Siel Bleu qui développe des parcours de prévention-santé en organisant des ateliers d’activités physique. Ceux-ci s’adaptent aux personnes âgées et à leurs envies.

 

Favoriser la co-construction et la dynamique de territoire

Mais le rôle des acteurs de l’ESS dans la Silver Economie va plus loin que de développer des innovations à destination des personnes âgées. Il y a aussi un enjeu de dynamique de territoire et de coopération des acteurs autour de la santé et du bien-vieillir. Si ces missions relèvent de comités et des conseils régionaux, les acteurs de l’ESS ont aussi leur place dans ces actions locales. En effet l’ESS se base aussi sur des principes de proximité et ses acteurs ont développé une multitude de connaissances ayant trait à l’adaptation des territoires au vieillissement.

Ceux-ci visent notamment à favoriser la coopération et les expérimentations en donnant un nouveau regard sur certaines problématiques. Ces acteurs ont par exemple souvent une approche plus collective et moins transactionnelle des services rendus. Cela peut ainsi aboutir à plus de coopération et de coordination sur le territoire.

 

Les grands acteurs ne sont donc pas les seuls à avoir leur importance dans le domaine du bien-vieillir, au contraire. Faire participer l’ESS à de projets d’envergure c’est injecter plus de réalité de terrain en travaillant de manière solidaire.

 

Partager l'article
Economie Sociale et Solidaire, Séniors

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *