13 février 2019

L’EHPAD hors les murs pour garantir le maintien à domicile

En 2017, 76,2% des proches de personnes en perte d’autonomie pensaient qu’il fallait favoriser leur maintien à domicile pour les aider. Que ce soient les aidants ou les personnes âgées elles-mêmes, on semble vouloir retarder l’entrée en institution le plus possible. En effet, celle-ci est souvent vue comme une contrainte plus qu’une opportunité par les séniors, qui préféreraient vieillir chez eux. Mais le maintien à domicile pour les personnes dépendantes présente aussi de nombreux points négatifs. Alors, comment assurer le bien-vieillir des personnes âgées en toute sécurité ? C’est la problématique à laquelle veut répondre l’EHPAD hors les murs.

deux dmes âgées

Un système qui s’essouffle

L’entrée en Ehpad s’opère souvent après un problème de santé ou la perte d’un conjoint. Vue comme une obligation ou consentie, cette étape suit parfois un incident tragique. L’EHPAD souffre donc d’une vision associée à la fin de vie. Ces établissements laissent aussi peu de place aux individualités, et ne s’adaptent pas toujours aux besoins et aux exigences des résidents. Le projet de vie est rarement pris en compte : c’est donc un système qui est peu adapté et peu personnalisé.

Tous ces facteurs expliquent la volonté des personnes  en perte d’autonomie de rester au sein de leur environnement personnel, proches de leur cercle social qu’ils ont toujours connu. Mais aujourd’hui, le maintien à domicile pour des personnes dépendantes n’est pas toujours chose facile. L’adaptation du logement peut être chère, et les tâches administratives lourdes. Les SSIAD et SAAD proposant divers services à domicile ne sont pas toujours coordonnés, et tout cela peut représenter une grosse charge pour les aidants. Un système hybride peut être envisageable et semblerait être une solution.

 

Une solution encore à inventer

L’EHPAD hors les murs n’est pas encore un concept abouti et clairement défini. Il est néanmoins au centre des réflexions pour réinventer l’EHPAD et le système de santé de demain. Le principe est de décloisonner l’EHPAD pour en faire un réel lieu de vie, vers plus d’indépendance des personnes âgées. Il faut néanmoins trouver des solutions adaptées au degré d’autonomie, à la mobilité et à la santé de chacun.

Cela peut prendre plusieurs formes, comme les résidences partagées ou inter-générationnelles, ou simplement une meilleure assistance coordonnée à domicile. C’est ce qu’a expérimenté un EHPAD de Bordeaux en apportant un soutien à leur domicile aux personnes âgées, parallèllement à la mise à dispoition de chambres d’urgence. L’objectif est d’établir un lien et une continuité entre le domicile et l’institution.

 

La clé du succès : la coordination entre les acteurs

Finalement, toutes les améliorations visant à réformer le système de santé et d’EHPAD ont un point commun. Elles essaient de remettre le patient au centre des préoccupations pour en assurer un meilleur suivi et optimiser le parcours de vie. Les enjeux liés au maintien à domicile tournant autour de l’adaptation des logements, du lien social et de la prévention n’existent pas sans la coordination des différents services.

Il faut imaginer des solutions prenant en compte tous les acteurs d’un même territoire : SSIAD, EHPAD, Hôpital ; tous doivent coopérer. Il est tout de même nécessaire de garder des pôles qui centralisent des ressources de manière coordonnées vers plusieurs patients. Le but est donc de voir l’EHPAD comme une plateforme multi-services qui n’est pas une fin en soi, mais seulement un étape dans le parcours de vie et de soin.  

Partager l'article
Séniors, Services à la personne

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *