16 janvier 2019

Les logements connectés : une solution pour favoriser le maintien à domicile ?

Selon l’étude “baromètre sur l’autonomie” de l’OCIRP en 2015, 90% des séniors souhaitent rester chez eux le plus longtemps possible. Mais plusieurs facteurs liés à la vieillesse et favorisant la dépendance ne le rendent pas toujours possible. L’une des solutions qui se développe de plus en plus aujourd’hui est la maison intelligente ou “smart home”. Il s’agit d’équiper les logements d’objets connectés et de domotique. Le but est d’automatiser ou de faciliter certaines tâches du quotidien. Ces thématiques s’adaptent aisément au besoin de maintien à domicile des personns âgées.

téléphone avec maison

Une multiplication de projets de résidences pour séniors connectées

Le marché des objets connectés seul représentait plus de 1 milliard d’euros en 2017 et était principalement porté par les segment des logements connectés selon le groupe GfK. Cette tendance d’équiper l’habitat de domotique et d’objets connectés n’est pas réservée aux plus jeunes et aux plus technophiles. Cela représente aussi une opportunité de simplifier et d’adapter les logements des séniors. De plus en plus de projets de résidences connectées voient le jour ; tant  portés par des acteurs privés que publics.

Des résidences services tout compris ont émergé dans plusieurs villes de France. C’est ce que propose par exemple le groupe immobilier GDP Vendôme qui gère déjà une trentaine d’EHPAD. Ces résidences s’adressent à des personnes non dépendantes et proposent des équipements facilitant la vie quotidienne des séniors comme par exemple du mobilier à hauteur variable, des détecteurs de chute ou encore des chemins lumineux.

Certaines communes sont aussi conscientes des enjeux du maintien à domicile pour leurs séniors et développent des initiatives de résidences connectées. C’est le cas de Plaimpied-Givaudins, qui compte équiper son territoire.

Quels avantages pour les séniors ?

Le but de ces logements connectés pour séniors est donc de favoriser le maintien à domicile des personnes âgées en proposant des équipements adaptés à leurs besoins, mais aussi de faciliter certaines tâches et d’améliorer leur confort. Cela peut se faire par exemple par la centralisation des commandes de certains équipements, comme le pilotage des volets électriques ou de la lumière via un smartphone.

Ces projets se construisent aussi souvent dans une optique de prévention des risques et de sécurité. C’est le cas de certaines technologies comme les capteurs qui détectent les chutes et qui envoient directement un appel d’urgence à un service de téléassistance.  

Toutes ces fonctionnalités ont pour objectif final d’améliorer le bien être des seniors et de diminuer leur dépendance, pour qu’ils puissent vivre le plus longtemps possible chez eux sans risques.

 

De nombreux freins psychologiques

Néanmoins, il convient de se pencher sur les possibles réticences émanant des personnes âgées elles-mêmes quant à ces logements connectés. Les objets connectés peuvent effrayer : ils peuvent être perçus comme difficiles à utiliser voire inutiles par les personnes âgées.

Ce sont aussi des équipements qui rappellent souvent la médicalisation et une première étape vers la dépendance. De plus, ceux ci restent chers et donc pas forcément accessibles à tous. Il faut donc prendre en compte non seulement les besoins des séniors dans la conception de ces innovations, mais aussi leurs réactions pour favoriser leur implémentation.

 

Partager l'article
Domotique, Facilien, Séniors

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *