20 février 2019

Six conseils pour être productif lors d’un atelier collaboratif

Pour innover, les entreprises se tournent de plus en plus vers des méthodes de coopération. Dans le secteur de la Silver Economie aussi des événements sont organisés pour faire émerger de nouvelles réflexions : c’est le cas du Hacking Silver Camp dans la région de Strasbourg. Les pensées évoluent et les méthodes aussi : le brainstorming et le Design thinking sont des outils de plus en plus populaires dans la gestion de projet. Leur but est globalement de générer de nouvelles idées, et même d’intervenir dans la conception d’une nouvelle offre ou d’un nouveau service. Cela s’effectue à travers d’échanges autour d’un sujet, qui doivent suivre des principes de base. Voilà quelques conseils à respecter pour réussir un atelier collaboratif et générer des idées créatives et innovantes.

Atelier participatif avec des post it

1. Mobiliser un groupe pluridisciplinaire

La première règle pour générer des idées nouvelles et sortir du cadre est de voir les choses globalement. Pour ce faire, rien de mieux que de mobiliser autour d’une table des acteurs venant de secteurs différents. Multiplier les profils, les postes et les âges des participants c’est permettre un échange plus constructif et plus ouvert.

 

2. Favoriser un climat de coopération

Pour développer l’intelligence collective, la clé est l’ouverture d’esprit et le dépassement des hiérarchies. C’est pour cela que ces ateliers commencent souvent par un exercice d’introduction de type “icebreaker” pour détendre et rapprocher les participants. Le but est que la réunion soit ludique dans un climat de discussion et de collaboration : toute idée doit avoir sa place et chacun doit être libre de s’exprimer indépendamment de sa fonction et ses compétences.

 

3. Suivre une méthode adaptée à l’objectif

L’organisation d’un atelier collaboratif nécessite un travail de préparation en amont. Il faut suivre et créer une méthode adaptée au sujet et au but de la réunion. Plusieurs outils existent pour générer des idéess encore faut-il les connaître et les utiliser à bon escient. Le brainstorming à l’aide de post its, les cartes d’empathie et l’utilisation de supports graphiques sont autant d’outils pouvant générer de la créativité. Une fois la méthode mise en place, il faut s’y tenir et faire confiance au processus.

 

4. Mobiliser une équipe de facilitateurs motivés et motivants

Les ateliers collaboratifs nécessitent une équipe organisatrice qui va coordonner et accompagner les groupes de travail. Ces facilitateurs doivent scrupuleusement suivre la méthode préalablement déterminée et motiver leur équipe. Ils doivent à la fois faire preuve de neutralité sans prendre part au projet, tout en modérant les débats et en recentrant les idées qui s’éloignent du thème de la réflexion.

 

5. Se mettre à la place des utilisateurs finaux

L’un des principes de base du design thinking est l’empathie. Le but est de partir du besoin des utilisateurs et non pas directement des solutions. Il faut donc déterminer les différentes parties prenantes du projet et déterminer leurs aspirations, leurs problèmes au quotidien etc. Certains vont même plus loin en invitant les destinataires de l’offre qui deviennent de vrais co-créateurs : c’est le cas de cet atelier de design thinking organisé par la d.school qui a invité des séniors à devenir entrepreneurs le temps d’une demi-journée.

 

6. Imposer des contraintes et inspirer

Lors de brainstorming, il arrive souvent que le groupe bloque et n’arrive plus à générer d’idées. Pour éviter cela,  il peut être intéressant de se documenter sur des solutions ou modèles inspirants qui ont déjà eu lieu dans le domaine, et d’en faire du story telling. L’utilisation de contraintes peut aussi pallier à ce problème, en demandant par exemple aux participants d’imaginer une solution dans un contexte bien précis.

 

En bref, le succès d’un atelier collaboratif dépend du respect d’un certain nombre d’étapes. Innover en coopérant, c’est d’ailleurs l’un des principes de Facilien qui utilise ces méthodes dans son processus d’accompagnement de projets.

Partager l'article
Facilien

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *